domenica, giugno 03, 2012

 

Chrétiens d'Orient : Mgr Casmoussa, de Mossoul à Marcq-en-Baroeul...

By La Voix du Nord
by Benoit Deseure

Il a connu trois guerres, un dictateur nommé Saddam Hussein, a été enlevé par un groupe islamiste armé en 2005... Mgr  Georges Casmoussa, archevêque de Mossoul jusqu'à il y a quelques mois, fait partie des figures hors du commun de ce que l'on appelle les «  chrétiens d'Orient ».
« J'ai connu des périodes noires », glisse-t-il sans s'attarder. On veut bien le croire : ses ravisseurs ne lui ont-ils pas mis un couteau sous la gorge, lui demandant son dernier message, lors de sa captivité ? « J'offre le sacrifice de ma vie pour la paix en Irak  », répond-il alors. C'était en janvier 2005 et l'archevêque de Mossoul a finalement eu la vie sauve.
Mais l'enfant de Qaradosh, au nord de l'Irak, sait qu'il ne reste plus dans son pays que 400 000 des 900 000 chrétiens qui habitaient l'Irak avant l'invasion américaine de 2003. Qu'un évêque, des prêtres ont été assassinés, des églises bombardées. « Je ne regretterai jamais Saddam Hussein, mais l'Occident nous a débarrassés d'un dictateur pour le remplacer par des dizaines d'autres qui agissent comme lui, sinon de façon pire, qui ne défendent que leurs intérêts personnels ou tribaux », assène-t-il.
Né en 1938, ordonné prêtre en 1962, nommé archevêque de Mossoul en 1999, Georges Casmoussa vient de publier un ouvrage intitulé Jusqu'au bout . Il sera dans la région lundi pour une rencontre, discrète, avec Mgr Laurent Ulrich, l'archevêque de Lille, puis avec les autorités de l'Université catholique. Mais aussi et surtout pour tenir une conférence sur le thème « Chrétiens d'Orient, un vivre ensemble islamo-chrétien est-il possible ? », en soirée, à Marcq-en-Baroeul.
« L'arrivée des Américains a généré un courant islamiste qui s'est intensifié depuis. Cependant, si ce courant se réclamait ou se réclame encore de l'islam, je suis convaincu que l'islam n'est souvent qu'un alibi pour ces groupes avant tout opportunistes et mafieux ».
Lui qui dit se sentir plus proche de son « frère arabe ou kurde musulman » que de son « frère chrétien occidental », croit en un « vivre ensemble » paisible : « On voit grossir un courant d'intellectuels musulmans, des citoyens lettrés qui défendent une citoyenneté commune, un partage des pouvoirs, une égalité de chances entre les communautés et les sexes. 
Il faut croire que, malgré tout ce qui se passe de dramatique, chrétiens et musulmans vivront encore ensemble, demain, sur cette terre d'Irak  », assure ce fils d'une famille de modestes paysans, formé par les dominicains. L'espérance au coeur, coûte que coûte.  •


« Jusqu'au bout », de Mgr Georges Casmoussa, éditions Nouvelle Cité, 20 euros.
 
Conférence lundi à 20 h 30 à l'église Saint-Paul, boulevard Clemenceau à Marcq-en-Baroeul.

This page is powered by Blogger. Isn't yours?