mercoledì, settembre 14, 2016

 

Appel du Patriarche Chaldéen: Déminer les villes et les champs de la plaine de Ninive


Ces jours ci beaucoup de journaux évoquent les préparatifs de la bataille de Mossoul pourtant une fois les combats terminés commencera un grand chantier humanitaire. Depuis plus de deux ans plusieurs centaines de milliers d’habitants de plaine de Ninive, 120 000 chrétiens, des dizaines de milliers de yézidis, des kakaïs et tous les autres habitants de cette région espèrent pouvoir revenir leurs maisons.
Malheureusement, il est difficile de savoir dans quel état seront les villages chrétiens après leur libération. Il ne fait hélas aucun doute que comme dans les autres villes irakiennes libérées nous devrons reconstruire des écoles, des maisons, refaire fonctionner les dispensaires, les hôpitaux et les Eglises.
Pourtant avant de reconstruire, avant de revenir pour faire revivre nos villes bien aimées de la plaine de Ninive,  Teleskuf ; Bqaofq, Batnaya, Tell Keff, Bartala, Ba’ashiqa, Karamless et  Qaraqosh et il nous faudra lever un grand obstacle. Cet obstacle est un ennemi vicieux, caché sous la terre et parfois même dans des objets du quotidien. Je veux parler des mines et des très nombreux pièges qu’ISIS laisse lorsqu’il est contraint de laisser un territoire. Partout où ISIS se retire il sème la mort en cachant des mines et des engins explosifs. A Sinjar, à Ramadi et à Tikrit combien de personnes sont mortes en rentrant dans leurs maisons ? Combien de familles ont-elles été endeuillées alors qu’elles se réjouissaient de retrouver enfin leurs maisons après avoir été déplacées ou réfugiées ?
Ces pièges laissés par Daech ne doivent pas prolonger encore et encore le calvaire des réfugiés de la plaine de Ninive. Aujourd’hui, il nous faut envisager sérieusement l’après Daech et planifier le retour à la vie de cette plaine fertile de Ninive. Si je souhaite attirer l’attention du monde sur ce drame c’est que je ne veux pas que nos enfants grandissent au milieu de champs de mines. Notre peuple a trop souffert pour qu’il y ait en plus des personnes blessées, amputées, tuées par des mines. Un jeune chrétien de 14 ans, Eugène Salah est mort sur une mine alors qu’il venait travailler la terre en compagnie de son père à côté d’un de nos villages libérés.
Aujourd’hui j’invite tous les hommes de bonne volonté, tous les chrétiens à se mobiliser pour que la plaine de Ninive puisse revenir à la vie. Oui avec le Christ je veux croire à la résurrection de la plaine de Ninive et de Mossoul ! Pour pouvoir reconstruire ce berceau des communautés chrétiennes en Irak un grand travail commence : le déminage. Au tout début du mois de juillet j’ai demandé à la Fraternité en En Irak de voir comment deux villages chrétiens déjà libérés pourraient être déminés. Ces jours ci la Fraternité en Irak et la France ont annoncés que le déminage de ces deux villages chrétiens mais aussi  de quatre villages kakaïs allait bientôt pouvoir commencer. Ce projet qui vise aussi à former des chrétiens est un premier pas. C’est sûr qu’il est plus plaisant de construire des écoles ou des cliniques, mais si le déminage n’a pas été fait avant nous ne pourrons rien reconstruire. En anticipant ce problème nous réduirons beaucoup le délai entre la libération de nos villages et le jour où les chrétiens réfugiés pourront rentrer chez eux. Aujourd’hui en faisant venir des spécialistes du déminage dans la plaine de Ninive, dans les zones déjà libres c’est l’après ISIS que nous préparons.
 J’invite toutes les personnes qui liront ces phrases à croire à la suite du Christ, notre Sauveur, que oui Mossoul et la plaine de Ninive ressusciteront. C’est en travaillant pas à pas, étape après étape, en reconstruisant après avoir déminé, que nous les chrétiens d’Irak pourront revenir vivre chez nous.


Louis Raphael Sako
Patriarche de Babylon des Chaldéens 

This page is powered by Blogger. Isn't yours?