martedì, marzo 05, 2013

 

S. B. Louis Sako : « Créer pour les chrétiens les conditions d’une vie digne et sûre »

by Anne-Bénédicte Hoffner

S. B. Louis Raphaël Ier Sako, nouveau patriarche des chaldéens élu le 1er  février à Rome, est installé mercredi 6 mars à Bagdad, dans la cathédrale Saint-Joseph. 
Ce fervent défenseur du dialogue espère poursuivre, à l’échelle internationale, le travail entamé dans son ancien diocèse de Kirkouk.
Quelle sera votre priorité comme patriarche des chaldéens ?
S. B. Louis Raphaël I
er Sako : Sur le plan pratique, il me faut d’abord réorganiser la curie patriarcale à Bagdad, car mon prédécesseur vivait seul et faisait tout. Ce sera l’occasion d’embaucher des jeunes chrétiens qui cherchent du travail, et j’ai déjà commencé ! Il faut également trouver des évêques à la hauteur pour les sièges vacants : nous les choisirons le 5 juin, au cours d’un synode qui se tiendra à Bagdad et auquel j’ai demandé à tous les évêques de venir, même ceux de la diaspora.
Et puis, il y a tous les autres chantiers, comme la réforme liturgique qui n’a encore jamais eu lieu dans notre Église : nous célébrons la messe selon un missel ancien et chaque diocèse a son missel. Nous devons mettre à jour notre liturgie, afin qu’elle parle à l’homme d’aujourd’hui, qu’elle lui donne un sens et beaucoup d’espérance. Notre clergé se lamente parce que les jeunes vont ailleurs, vers d’autres Églises chrétiennes. C’est évident, ils veulent comprendre, vivre et s’engager ! Je n’oublie pas la réforme de la formation des séminaristes et des religieux et religieuses. Notre avenir dépend beaucoup de la bonne qualité de notre clergé !
Il nous faut aussi trouver une nouvelle pastorale adaptée à nos temps, revoir la discipline… Bien sûr, je ne dois pas rêver, mais il faut commencer. Je n’ai pas beaucoup de temps, je dois mettre les choses sur le bon chemin.
Pourquoi le choix de vos frères évêques s’est-il porté sur vous, alors que désormais une majorité des chaldéens vivent en exil ?
Les fidèles ont beaucoup prié, y compris des musulmans. Le premier jour, lors des votes au sein du synode des évêques à Rome, les voix montaient et descendaient. Mais l’après-midi du deuxième jour, les voix se sont portées sur moi. Un de nos évêques a dit : « C’est un appel. » Je me suis alors retourné vers eux et je leur ai dit : « Si vous êtes prêts à travailler avec moi, en équipe, et à m’aider, j’accepte. Sinon, choisissez quelqu’un d’autre ! »
Je crois que nos évêques sont conscients de la gravité de la situation en Irak. Ils savent que si notre Église est forte en Irak, elle le sera aussi en diaspora. Ils attendent une Église bien organisée, réformée selon une ligne orientale authentique, et très active sur le plan œcuménique. C’est pour cela que j’ai choisi comme devise pour mon patriarcat : « Authenticité, unité et renouveau. »
Quel est l’état de la communauté en Irak ?
L’émigration menace notre existence millénaire sur place. Il faut négocier avec le gouvernement central et le gouvernement du Kurdistan pour encourager les chrétiens à rester, en leur créant des conditions d’une vie digne et sûre, mais aussi encourager ceux qui sont dans les pays voisins à revenir. S’il y a la sécurité et la liberté, ils restent. Sinon, ils partent. Je suis encouragé par les réactions de nos fidèles et des musulmans. Je connais les défis mais en même temps je suis confiant !
Pourrez-vous poursuivre à Bagdad, et donc à l’échelle du pays, le travail entamé à Kirkouk en faveur d’un dialogue entre toutes les composantes de la société irakienne (ethniques comme religieuses) ?
En général, les Irakiens sont ouverts et modérés. Cette culture de violence interconfessionnelle vient plutôt de l’extérieur. Avec les musulmans, il faut continuer le dialogue et renforcer la confiance. Il faut les aimer, les aider à lire leur religion d’une manière nouvelle, pas à la lettre. Une exégèse est nécessaire, mais aussi pour nous, chrétiens du Moyen-Orient !
Il nous faut sortir de l’apologétique et de la polémique pour présenter notre foi dans un vocabulaire simple et clair, un langage théologique compréhensible. Je pense que le dialogue courageux et sincère, dans un langage compréhensible et désintéressé, est possible. Mon expérience au sein du diocèse de Kirkouk, les nombreux contacts et amitiés noués, m’ont appris beaucoup. J’essaierai sans être présomptueux !

This page is powered by Blogger. Isn't yours?